• Marie-Thérèse : L’envahissante impératrice d’Autriche

    ob_65057c_secrets-d-histoire-france2

    Dans ce numéro inédit de Secrets d’Histoire, Stéphane Bern lève le voile sur le destin d’une femme exceptionnelle qui a marqué l’histoire de son pays et celle du monde par son panache et ses convictions.

    Les portes des châteaux impériaux de Schönbrunn et de Innsbruck s’ouvrent sans retenue et laissent découvrir le quotidien privé d’une véritable mère de famille.
    C’est elle qui décide de l’aménagement de ses résidences impériales, à l’intérieur comme à l’extérieur.
    Nous allons ainsi comprendre ses passions pour les arts, mais aussi pour la porcelaine et la bonne table.

    Marie-Thérèse est aussi soucieuse d’éduquer son peuple et elle créé des institutions (encore en activité aujourd’hui) où l’enseignement d’une élite participe à l’essor du pays.
    Mais c’est aussi elle, qui, trop puritaine pour certains, va légiférer en faveur des bonnes mœurs.

    Sur le plan politique, la souveraine tient tête à ses plus grands détracteurs en jouant le jeu des alliances entre pays et en ne baissant jamais les bras face au méprisant Frédéric II de Prusse.

    Vous allez voir comment elle place « ses pions », en organisant (parfois contre leur gré) les mariages de ses filles avec d’illustres personnages. Ainsi, elle place sa fille Marie-Antoinette à la cour de France en la mariant à Louis XVI.

    Secrets d’Histoire vous offre le portrait exclusif de Marie-Thérèse la grande, dont tout un peuple fête les 300 ans cette année… une réformatrice de talent, qui a gouverné sans relâche, d’une main de fer et cela malgré ses 16 grossesses.

    Son histoire
    Impératrice d’Autriche, reine de Hongrie et de Bohême, Marie-Thérèse est considérée au XVIIIème siècle comme « la mère de l’Autriche ». Et quelle mère ! Une mère envahissante qui va donner le jour à seize enfants ! Parmi lesquels deux futurs empereurs – Joseph II et Léopold II -, et des filles qu’elle sacrifiera à la raison d’état en les mariant aux plus grands rois d’Europe : Marie-Caroline, devient reine de Naples et de Sicile, et Marie-Antoinette, reine de France en épousant Louis XVI !

    Mais surtout, Marie-Thérèse va régner sur la maison d’Autriche comme si elle était un homme, une situation sans précédent. A 23 ans, elle est la première femme à accéder à la tête du Saint Empire germanique. Malgré les railleries des autres souverains d’Europe sur son inexpérience (et tout simplement parce que c’est une femme !), son énergie, sa joyeuse puissance de travail, son appétit phénoménal, son insolente santé, son tempérament de guerrière et ses convictions en politique vont hisser cette femme au firmament du pouvoir. Tout en assouplissant les règles austères qui régissent la cour des Habsbourg, elle pose les fondements de l’Etat moderne et mène à bien de nombreuses réformes. Dans le même temps, il lui faut se battre à l’extérieur. Dès les débuts de son règne, elle doit faire face à la coalition des grands Etats européens qui, la France en tête, menace son héritage et ses territoires. Elle résiste et parvient à maintenir l’intégrité de son empire. Mieux elle l’étendra en nouant de savants mariages pour ses enfants !

    Que Napoléon, dans un silence respectueux, se soit recueilli et découvert devant son tombeau est révélateur : fille du dernier mâle de la dynastie des Habsbourg, longtemps contestée parce qu’elle était une femme qui avait su le rester, Marie-Thérèse méritait selon Bonaparte, les « mêmes honneurs » que les hommes !

    Les intervenants :
    Elisabeth BADINTER, philosophe et biographe de Marie-Thérèse
    Jean-Paul BLED, historien et biographe de Marie-Thérèse
    Evelyne LEVER, historienne
    Christine LEBEAU, historienne
    Catharina de HABSBOURG-LORRAINE (descendante)

    Renate ZEDINGER, historienne
    Pr Franz GSCHWANDTNER professeur Theresianische Akademie de Vienne
    Dr Monica KURZEL-RUNTSCHEINER : historienne, historienne de l’art et directrice du musée des Carrosses de Vienne
    Dr Leopold AUER, ancien directeur des archives de la Maison, de la Cour et de l’Etat.
    Dr Elfriede IBY, historienne de l’art et conservatrice en chef du Palais de Schönbrunn
    Dr Claudia Lehner-Jobst, historienne de l’art
    Alexandre Boutry, directeur des ventes de la manufacture de Porcelaine Augarten à Vienne
    David Sloboda, chef cuisinier
    Wolfgang Christian Huber, conservateur des collections d’art du monastère de Klosterneuburg
    Raphaël Masson, directeur adjoint du centre de recherches du chateau de Versailles
    Lucien Bély, historien
    Pr Serge Claus, professeur à l’Académie Militaire de Wiener Neustadt
    Anne-Sophie Banakas, historienne

    Les lieux :
    Palais de Schönbrunn
    Palais Impérial d’Innsbruck dans le Tyrol
    Crypte des capucins
    Cathédrale de Bratislava, anciennement Presbourg
    Palais Impérial de Vienne (Hofburg),
    Place Marie-Thérèse à Vienne
    Theresianische Akademie,
    Manufacture de Porcelaine de Vienne Augarten,
    Théâtre du château de Schönbrunn
    Monastère de Klosterneuburg
    Château de Schloss Hof
    Opéra Royal de Versailles
    Académie Militaire de Wiener Neustadt
    Chapelle du Palais impérial de Vienne

    Générique

    Une émission présentée par Stéphane Bern
    Producteur : Jean-Louis Remilleux (Société Européenne de Production)
    Producteur délégué : Julien Poinot
    Réalisateur plateaux : Vincent Maniez
    Réalisateur évocations : Benjamin Lehrer
    Réalisateurs sujets : Claire Benhaim
    Directeur des productions : Patrick Becker
    Directeur financier : Marc Vignier
    Chargée de Production : Nicolas Jacquot
    Musiques : Leonard Le Cloarec